Histoire et textes de la philosophie politique

Le terme générique de « philosophie politique » recouvre aujourd’hui des réalités discursives très différentes : le discours des Anciens sur les formes de gouvernement et leur constitution, devenu, avec les Modernes, un discours sur les fondements des institutions et des formations étatico-juridiques ; le discours analytique et critique sur l’exercice du pouvoir et ses effets ; enfin, le discours centré sur les forces d’émancipation qui naissent au cœur de la conflictualité sociale. « La politique » a cessé d’être le signifiant d’un domaine déterminé de l’activité humaine pour devenir l’objet d’une problématisation, d’un questionnement critique, et d’une invention.

Des recherches de nature théorique, centrées sur l’analyse des concepts, mobilisent les ressources textuelles de la pensée politique moderne et contemporaine (Machiavel, Bodin, Hobbes, Spinoza, Rousseau, Kant, Hegel, Marx, Arendt, Sartre, Merleau-Ponty, Lefort, Lyotard, Althusser, Foucault, Deleuze, Rancière, Honneth, …), et interrogent ainsi les différentes modalités de problématisation de la politique. A distance de toute prétention fondatrice, ces recherches accordent une attention particulière aux pensées critiques, c’est-à-dire soucieuses de l’historicité des processus politiques, des relations que ceux-ci entretiennent avec les institutions et des subjectivations collectives ou individuelles qui les traversent.